Une Parisienne à Cali

Une Parisienne à Cali

Beigbeder, Medellin, Escobar et la valeur travail

Hier en scrollant sur je ne sais plus quoi, je tombe sur cette info, étrangement nommée : « Frédéric Beigbeder viré de France Inter pour paresse ». Hum… En voilà de la bonne titraille… #foreverpeople.

 

Je lis donc, et je découvre la vidéo de l’intervention ratée et oppressante de Beigbeder – c’est vrai que n’est pas Edouard Baer qui veut – les ricanements stressés de ses collègues, la face de pitbull de Nicolas Demorand, Léa Salamé qui, en maîtresse de maison accomplie, garde le sourire mais est gênée pour ses invités, aka les auditeurs de France Inter, Augustin Trapenard qui ne sait comment réagir en se faisant, en gros, traiter de pauvre loser besogneux parce qu’il se lève pour bosser à 5 h 30, et bref, ça me fait plutôt marrer : Beigbeder est pathétique, mais enfin, c’est un spectacle inédit.

 

Jusqu’à ce que je comprenne que ce qui l’a empêché de faire son boulot, entre autres j’imagine, c’est qu’il était la veille dans la fameuse boîte ouverte à la place du Baron, le « Medellin-Paris ». Huhuhuhu ! Petite canaille séditieuse, va…

 

Je ne sais pas si à Paris la nouvelle émoustille, mais ici, elle choque terriblement. Il faut être sacrément stupide, ignare, puéril, désoccupé ou complètement cocké pour avoir une idée pareille, s’en vanter, et glousser de fréquenter un tel lieu.

 

Et Beigbeder, bafouillant, l’air faussement contrit de l’enfant pris en flag’ en train de hacker l’ipad de ses vieux pour entrer sur Youporn malgré le contrôle parental, mais au fond très fier d’avoir passé la nuit dans ce nouveau lieu de la branchitude blasée et avide de transgressions, joue sur les silences lourds de sous-entendus.  Il était au Medellin, pensez donc ! Ça, ça te pose un homme, n’est-ce pas ! Une boîte où l’on peut se recueillir sur la « tombe » de Pablo Escobar, commander le “mojito le plus cher du monde à la poudre magique”, ou un cocktail nommé Sicarios (tueurs à gages), avec une entrée secrète et un nom de code « plata o plomo », formule utilisée à l’époque pour contraindre les gens - notamment les autorités - à accepter la corruption : tu prends l'agent et tu fais ce que je te dis, ou tu meurs. Narcos en plein Paris.

 

Soudain, une immense lassitude m’envahit.

 

Résultats de recherche d'images pour « escobar mort photo »

Au fait, il est mort, Escobar, depuis 25 ans... 

 

Frédéric, si vous avez des doutes sur la taille de vos huevas, si vous êtes en manque d’adrénaline, si la vie vous semble terriblement ennuyeuse, si vous vous sentez tellement original, rebelle, anti-système, bref, tellement à part, que vous pensez être un Homme parce que vous n’avez rien branlé pour votre chronique afin d’aller sniffer de la coke coupée au talc sur un comptoir fraîchement briqué de Paris 8e… Frédéric alors, venez donc en Colombie. La vraie. Le gramme de C est à moins de 10 euros, de la pure, cool non ? Dès l’aéroport à Medellin, le taxi vous en proposera, c’est vrai, c’est du vécu, ya qu’à se pencher.

 

Et puis là-bas, vous comprendrez, j’en suis sûre, vous êtes un homme fin et intelligent m’a-t-on dit, que non, Pablo, le cartel, Medellin, les morts, les bombes, la peur, le deuil, le sang, les séquestrations, les mutilations, les règlements de compte, les tortures, les veuves, les orphelins, l’illettrisme, l’absence d’opportunités, le chantage, l’outrage à la République, le recel, l’égorgement, l’écartèlement, les maisons incendiées, les enfants à mitraillette, non, c’est pas si rigolo en fait.

 

Vous ne pourrez pas visiter le musée de Pablo parce qu’il a été fermé – tiens une idée, pourquoi ne pas le transférer avenue Marceau ? Mais vous trouverez des gens pour vous raconter tout ça. Vous parlez espagnol ? Désolée, je suis à Cali et du genre lève-tôt moi aussi, je ne pourrai pas jouer les guides, mais tout s’arrange ici en Colombie. On trouvera, no te preocupes...

 

En attendant, amis lecteurs, le combat peut vous sembler bien futile, mais il existe une pétition qui circule pour fermer le Medellin-Paris, elle est ici. Parce que cela fait 5 ans que je m'échine à t'expliquer que la Colombie, c'est tellement plus que de vieux clichés éculés qui n'émoustillent que les nazes. 

 

 

 

 

 



22/11/2018
19 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 278 autres membres