Une Parisienne à Cali

Une Parisienne à Cali

Ceci n’est pas un journal de confinement en Colombie

Ceci n’est pas un journal de confinement.

 

Ah bah non, je suis pas tonta, j’ai bien pigé le message.

 

Si l’on veut être « confinement correct » en France, il convient d’être affecté, certes, mais sans trop se plaindre ; surtout pas au grand air, sauf si on est auvergnat depuis six générations ; ne pas trop sortir à moins d’être psychopathe, mais ne pas non plus emmerder ceux qui le font en respectant les décrets ; porter un masque mais l’avoir fabriqué soi-même dans une culotte Petit Bateau ; une fois qu’on le met, adopter une attitude cool et détachée, à la fraîche, et surtout pas anxiogène pour respecter les attaques de panique de ceux que l’on pourrait croiser ; vivre en pyjama, mais qu'il soit propre (!!) ; bosser ses obliques sur Gym direct mais pas trop fort, parce que bon, y a des gens qui meurent…

 

Sachant que :

 

1/ on est souvent plusieurs dans ma tête,

2/ j’ai une nette tendance à la culpabilité irraisonnée,

3/ je vis dans des conditions architecturales déjà indécentes en temps normal,

4/ je suis le genre qui fait des apéros zoom déguisés, du pain maison en cocotte et qui disserte sur La critique de la raison pure que je viens de relire (ah mais nan, je déconne !),

 

Sachant tout cela donc, il est rapidement apparu qu'il était urgent que je ferme ma gueule.  

 

Un journal de confinement pour dire quoi, en plus ? Je bosse déjà de chez moi depuis un an et demi, et je passais déjà beaucoup de temps sans sortir, donc, ce confinement ne change pas fondamentalement grand-chose, sinon que je réalise que mon fils n’a pas de bouton mute. Non, vraiment, il n’en a pas, j’ai cherché partout.

 

Juste un petit topo rapide sur la situation générale ici, donc.

 

chienne2.jpg

(Ile de Providencia, février 2020, une autre vie)

 

La Colombie s’est mise en situation de “aislamiento preventivo obligatorio” – isolement préventif obligatoire - depuis le 25 mars et jusqu'au 26 avril pour le moment (jusqu'au 30 mai pour les plus de 70 ans). Le pays est peu touché (chiffres du 6/04/20 : 35 morts et 1485 malades, selon la source que je consulte tous les jours, le site de BBC world) et a réagi vite et bien face au virus. On peut sortir de « manière raisonnée » disons, même si depuis aujourd’hui 6 avril, on ne peut plus le faire que deux fois par semaine, selon notre numéro de carte d’identité, le mercredi et samedi pour moi, seul, et juste pour faire des courses, aller à la banque ou à la pharmacie. Les personnes de plus de 70 ans et/ou déjà malades ne peuvent pas sortir. Globalement, vu de ma fenêtre, d’où je ne vois personne à part des aigles et des hélicoptères de l’armée, les consignes me semblent plutôt bien suivies même si j’ai forcement une vision très partielle, ne sortant pas du tout.

.

 

Ceux qui ne respectent pas les règles encourent des amendes allant jusqu’à quatre salaires minimums. Forcément, ça calme. Le Président refera un point sur la situation le 13 avril, il va sans doute prolonger le confinement, dans quelles conditions, cela reste à voir. 

 

Le pays a été fermé plutôt rapidement, ce qui a compliqué les sorties des nombreux touristes coincés en vacances ou en déplacement en Colombie et qui ont dû faire face à des choix parfois humainement, économiquement et émotionnellement compliqués : rester jusqu’à la saint Glinglin sans pouvoir profiter des beautés du pays – les plages sont toutes fermées, Carthagène est une ville fantôme – ou rentrer et jeter à la poubelle un voyage pour lequel ils ont économisé longtemps, ou dont ils ont globalement forcément ardemment rêvé. Pour le moment, les lignes internationales devraient être fermées jusqu’au 30 mai.

 

Quelque 50% des emplois ici sont au noir, donc sans couverture sociale, sans filet, sans réserve. C’est terrible et inquiétant.  Le tout premier mot de mon fils a été « Aguacate », parce qu’il l’entendait crier tous les matins par la vieille vendeuse d’avocats qui passe sous les fenêtres de tout le quartier : cela fait 17 jours que je ne l’ai plus entendue et ça me rend malade. Que fait-elle, que mange-t-elle, où est-elle ? Beaucoup d’experts affirment que la pauvreté tuera plus à terme que le COVID-19. C’est très possible.

 

Hier je me disais que n’étant pas du tout sortie de chez moi depuis le 17 mars – décision personnelle – j’étais forcément propre. Je me suis sentie vierge, jamais touchée par la pointe d’une excroissance virale, jamais salie par la moindre pénétration de couronne malveillante. Etrange sensation, pas ressentie depuis… bah 1990, du coup. Ensuite, je me suis souvenue quand dans les films d’horreur, c’est toujours la jeune vierge blonde un peu stupide qui est bouffée en premier. Ça m’a perturbée.  Quelqu’un a déjà entendu parler d’une combinaison de chasteté virale ? Quelqu’un ? Bon, au cas où, ça m’intéresse. Je ne t’embrasse pas, hein, le prends pas mal.

 

PS : Au fait, ne me dis pas : "Oh mais oh, nan, c'est pas juste, on n'a pas eu la deuxième partie de Six ans à Cali : ce qui continue de m'étonner, je veux dire... ne nous mentons pas. Nous savions depuis le début toi et moi qu'il n'y aurait PAS de Part II, et encore moins maintenant que c'est la fin du monde. Mais si je m'en sors vivante, je me repencherai sur la question, promis. Là je suis trop occupée à chercher une  vieille culotte à convertir en masque. 

 

 

 



06/04/2020
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 298 autres membres