Une Parisienne à Cali

Une Parisienne à Cali

Voir Cartagena de Indias et mourir (avec beaucoup de plaisir avant)

Quand j’étais petite, mon père me disait souvent, avant que j’ouvre la bouche : “Avant de parler, assure toi que ce que tu vas dire est plus beau que le silence”. C’est un proverbe bhoutanais, ou roubaisien, je n’ai jamais bien compris. Ca me laissait extrêmement perplexe – qu’est-ce qu’on riait, hein… Je suis évidemment devenue une grande bavarde. Mais tout de même. Je sais aussi me taire. Surtout quand je n’ai pas le temps de t’écrire mais l’obligation morale de te montrer ce que j’ai vu la semaine dernière, en vacances à Carthagène (des Indes), la plus chouette ville du monde #pointpute #moiaussijetaime

[Ouille, je sens que je vais encore outrager le silence dans toutes les largeurs de ses intimités les plus délicates. Pardon Papa]

Carthagène (des Indes) est la ville où je voudrais mourir. J’ai déjà dit à Sebastián que si par malheur, dios quiere que je finisse légume à la suite d’une mauvaise chute en chaussettes dans un escalier en colimaçon glissant – oui, toi M. et toi, A., sachez que ma fesse droite retrouve à peine une couleur normale, ce bleu m’a ruiné le maillot de bain, merci  – je veux être débranchée à Carthagène, au soleil couchant. Parce que après ça, même si tu as encore pleins de déclarations d’impôts à faire, tu peux partir le cœur heureux et léger.

carta11.jpg

J’ai découvert la ville en 2007. Nous avions pris le tour en calèche (plan touriste qu’il faut ABSOLUMENT s’offrir, 40 000 pesos les 20 minutes, 110 000 l’heure, à négocier si tu sais) dans la vieille ville. Nous avions longé les murailles, nous étions passés devant la maison de Gabriel Garcia Marquez, nous avions tourné sur la place San Pedro, roulé dans ces rues pleines de maisons coloniales plus ou moins décaties (moins aujourd’hui) mais toutes sublimes, cherché les vestiges du malheur et de l’esclavage, grandeurs et décadences du Royaume d’Espagne durant trois siècles, nous avions bavé devant ces façades de toutes les couleurs, bleu, jaune, rose, mauves, aux balcons alourdis de fleurs et je crois que je m’étais vraiment tue. Love at first sight. J’ai même du verser ma petite larme, car bien que picarde de fabrication, j’ai aussi un cœur.  

Les lumières sont uniques, comme instagramées, sauf que c’est juste la Nature qui te fait le cadeau de te montrer son meilleur profil. Vade retro Valencia, l’au-delà est plus fort que toi. Les couchers de soleil te font presqu’oublier que c’est la fin de l’happy hour dans 15 minutes et qu’il faut se grouiller de trouver une terrasse. Ya un truc quoi. La magie, le charme, la beauté, la classe, le mystère, l’histoire, l’élégance qui s’en fout : Carthagène a tout. Elle me fait quelque chose là au creux de l’estomac, je ne peux pas te dire pourquoi à ce point, je pense qu’on a du être mariés dans une autre vie, I don’t know. Je l’aime, même si elle me ruine le brushing (taux d’humidité de 90%, vent permanent, sueur dans la nuque sous 30 degrés moite) et me fait encore plus briller du visage que Cali (la preuve que c’est possible).  

Carthagène est aussi la ville la plus touristique de Colombie, et la mieux équipée pour accueillir des voyageurs. Ce qui signifie que :

-          les cocktails sont deux fois plus chers qu’ailleurs

-          on trouve des cocktails partout

-          les bars sont tellement jolis que tu t’en fous de raquer (bon, enfin, on se comprend, ya des limites… )

-          il y a des hôtels splendides, cinq étoiles ou plus, avec les standards du luxe international, des piscines de folie, des jolis éclairages à la bougie, des lieux de rêves, de ces endroits où tu as le sentiment que rien de mal, jamais, ne pourra t’arriver

-          il y a des touristes et des attrape-touristes partout, des vendeurs ambulants qui cherchent toujours à te refourguer quelque chose, des pipeaux, de paréos, des sacs, des bracelets, des boucles d’oreilles, des briquets, bon, les mêmes qu’à Montmartre en somme (mais les Caraïbes en plus)

La ville sent le fric. Ce n’est pas si évident en Colombie. Wikipédia m´apprend même que Donald Trump vient ici en vacances, tu vois, je n’invente rien. En nous promenant avec Sebastián, nous avons vu un appartement en rez de chaussée extraordinaire, avec une piscine intérieure qui donnait sur la cuisine à l’américaine, un mur en pierre apparente peint a la chaux, un couple assis sur des tabourets autour d’un ilot central laqué blanc, les petites loupiotes design qui vont bien, c’était à tomber. Je pense que c’était une location, ou une suite d’hôtel, et pour une raison impardonnable et incompréhensible car j’ai gardé pourtant des réflexes de mon ancien travail, je n’ai PAS noté l’adresse. Voilà. Je ne peux donc pas te recommander ce plan (mais bon, le camping c’est bien aussi cela dit…)

carta7.jpg

Le club de pêche est blindé de yachts sublimes, il y a des immeubles avec penthouse, jacuzzis et jardins au 20 e étage. Le mètre carré atteint 10 ou 13 millions, les prix de Paris en 2004, ça fait tout de même  beaucoup pour ici. Les restos te massacrent. Pas toujours, mais souvent. Faut juste le savoir.

Nous avons mangé des crevettes, du poisson frit, des moules, des trucs que nous n’avons pas ici à Cali. Ou que nous avons, mais pas aussi frais. La cuisine costeña est évidemment très inspirée par les Caraïbes, nous en avons profité. Nous nous sommes baignés tous les jours dans une mer si chaude que tu ne fais même pas ce petit sourire crispé que tout normand courageux connait bien quand la vague atteint son nombril, rien, nada, la mer est chaude comme une bonne couette. Nous avons regardé les danseurs de rue durant des heures, admiré les abdos des mecs (pour moi), les fesses des nanas (pour lui). Nous sommes retournés visiter le château fortifié de San Felipe (construction achevée en 1657 par les espagnols  pour se défendre des attaques anglaises), base militaire très dénudée, a part ses canons et ses tunnels – mais Sebastián est claustrophobe, alors on n’est pas descendus. Bon, on va dire que  le lieu n’est pas franchement incontournable, sans vouloir offenser personne, à part pour la vue qu’il offre sur la ville. Et si tu aimes avoir méga, mais méga chaud et te faire prendre en photo à califourchon sur un canon en bronze le derrière en arrière, le château de San Felipe est pour toi. (Comment ? La photo ? Quelle photo ? Dans tes rêves ! Je la garde pour moi).

carta1.jpg

Nous ne sommes malheureusement pas retournés aux Iles du Rosaires, à une heure de bateau environ, parce qu’il fallait se lever hyper tôt (départs à 7 h 30 si j’ai bien compris) et que nous étions incapables de nous speeder pour rien (nous n’avions pas volé ces vacances). Mais si tu vas à Carthagène, il faut évidemment absolument y aller. C’est ambiance mer turquoise et sable blanc, paradisiaque – si tu n’aimes pas, je rembourse. Pablo Escobar y avait installé une de ses nombreuses demeures de rêve, tu peux regarder ici les ruines de ce qu’il en reste.

Nous ne sommes pas non plus retournés au musée de l'Inquisition , car nous étions avec notre fils et il a mieux à faire je pense que de voir des chambres de torture, des cages de métal pour corriger les impénitents, des tournevis, des muselières humaines et je ne sais plus quoi, mais lorsque nous y étions allés la dernière fois, j’avais adoré - E. L. James est une débutante, je te le confirme – et le lieu est magnifique.

Voila, je ne peux que t’encourager a venir vérifier par toi-même. Et une fois à Carthagène, à prolonger ton voyage ailleurs en Colombie, pays magnifique ou le tourisme va forcément exploser dans les 10 ans.

En tous cas, ces vacances nous ont fait le plus grand bien, nous sommes de nouveau remontés comme des coucous, prêts à cuisiner, à innover, à recevoir, à chercher des idées pour Biscuit. Je te lance un peu de sable chaud dans les yeux, ne me remercie pas, je le fais avec plaisir – t’as qu’à mettre ta serviette plus loin si t’es pas content. BESOS MI AMOR.

carta2.jpg

 

carta3.jpg

 

carta6.jpg

 

carta8.jpg

 

carta4.jpg

 

carta10.jpg

 

carta9.jpg



13/04/2015
33 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 238 autres membres